Comité Sénégalais pour la chimie : les troisièmes journées annuelles au service d’une agriculture durable
Dimanche 22 Juillet 2018
  • 10th International Conference of the Peanut Research Community.
  • L’ISRA AU SALON INTERNATIONAL DE L’AGRICULTURE 2018
  • ISRA - KOPIA Jardin de démonstration
  • Amélioration et développement de la recherche au Sénégal
  • Voir le film documentaire sur le riz contre saison et pluvial au CRA de Saint-Louis et le CNRA de BAMBEY.
  • 18ème édition de la FIARA

Developed in conjunction with Ext-Joom.com

PRESENTATION & OBJECTIFS
+ En savoir plus
RECHERCHES & RESULTATS
+ En savoir plus
CENTRES DE RECHERCHES
+ En savoir plus

Zones écologiques

Fil d'actualité

Comité Sénégalais pour la chimie : les troisièmes journées annuelles au service d’une agriculture durable

Pour une agriculture durable, productive et de qualité, la chimie reste une science incontournable. C’est la conviction du Comité Sénégalais pour la Chimie (CSC) qui a axé, cette année, ses troisièmes journées annuelles (JACS 2018) sur le thème « la chimie au service de l’agriculture durable ». Rencontre au cours de laquelle le CSC s’est penché sur les questions suivantes : Comment développer l’agriculture sans mettre en péril l’équilibre naturel de la planète? Comment léguer une terre en bonne santé aux générations futures? Pour le président du comité d’organisation, le Pr Matar SECK, la réponse à ces questions passe par la conception d’une nouvelle agriculture qui prend en compte les besoins alimentaires et les contraintes environnementales au seuil du 21e siècle. Pour lui, la chimie en tant que science et industrie est un « acteur essentiel de l’agronomie scientifique » parce qu’elle intervient dans divers secteurs de l’agriculture. Il est d’avis qu’une agriculture durable devra prendre en compte toutes ces préoccupations par des innovations technologiques. C’est ce qui fait dire au président du CSC, le Pr Serigne Amadou NDIAYE, qu’il est extrêmement difficile de séparer chimie et agriculture.

Ce, d’autant que l’agriculture est prioritaire dans toutes politiques de développement de notre pays comme le Plan Sénégal émergent (PSE). Et surtout que 60 à 75 % de la population mènent des activités qui gravitent autour de l’agriculture. « Les attentes des producteurs, des consommateurs et des décideurs tendent à opposer agronomie et chimie de par l’utilisation croissante et non raisonnée des engrais et des pesticides entraînant la destruction de la biodiversité, la pollution des eaux ayant une conséquence sur la santé des populations », a-t-il relevé. Le juste équilibre qui fait qu’aujourd’hui, de l’avis du président du CSC, la chimie est pointée du doigt à tort ou à raison », tout en relevant la lourde responsabilité à laquelle font face agronomes et chimistes pour répondre aux enjeux du développement durable par la conception d’une agriculture qui prend en charge les besoins alimentaires d’une population sans cesse croissante et les contraintes environnementales. « Une préoccupation au cœur de laquelle se trouve depuis longtemps la chimie, un acteur important de l’agronomie scientifique », a laissé entendre le président du CSC pour qui, le défi à relever face aux attentes fortes et nombreuses et parfois contradictoires, est énorme mais pas insurmontable ». Il s’agira, de son avis, de répondre à un certain nombre de questions à savoir comment faire pour produire plus, polluer moins et préserver l’environnement. A ces questions, le chercheur estime qu’il faut repenser les pratiques agricoles, rationaliser l’utilisation des engrais et des pesticides, augmenter le rendement et optimiser les revenus des agriculteurs mais aussi renforcer la résistance aux maladies et aux ravageurs pour une nouvelle approche dans la lutte antiacridienne. La chimie, de l’avis du président du CSC, demeure une source de progrès considérable dans notre vie de tous les jours ». « Dans cette perspective de développement durable, il s’agit de trouver le juste équilibre d’une agriculture raisonnée par une utilisation respectueuse d’engrais chimiques en appliquant le bon dosage », soutient-il. Pour le Secrétaire Général du Ministère de l’Agriculture et de l’Equipement Rural venu présider la cérémonie d’ouverture, le thème de ces journées est en parfaite cohérence avec la vision et les objectifs du secteur de l’agriculture notamment du Programme d’Accélération de la Cadence de l’Agriculture Sénégalaise (PRACAS) dont l’objectif est d’avoir « une agriculture productive, compétitive et durable dans un contexte de changement climatique ». Pour cela, précise Dr Dogo SECK, il faut sécuriser la base productive, l’environnement de la production et la qualité des produits. L’ISRA, a pour sa part contribuée en logistique au niveau du Comité d’organisation, mettant à disposition son Pôle de Recherches de Hann et les aspects de la restauration, sans occulter son taux de participation au niveau des communications scientifiques de 37%. Ce qui a valu l’engagement de son Directeur Général Dr Alioune FALL, d’instruire le Directeur Scientifique de son Institut et son équipe qui n’ont ménagé aucun effort pour la réussite de cette rencontre, nationale, voire régionale et internationale.

 

 

 


Infos générales

Recherches en cours
Les parutions de l'ISRA
Isra sur facebook
Achives Réseaux sociaux Recevez la lettre d'information SUPPORTS ET RESSOURCES
Gardez le fil RSS
Facebook
Twitter
Viadeo

Soyez les tous premiers à recevoir les résultats de nos recherches, à bénéficier de nos publications...

Restez connectés

 
 

Toutes les ressources
regoupées ;présentées par théme ;en pdf; Word


http://toponitech.com/isra/templates/isra1/images/isra_7_1.jpg