Productions Forestières

Dans le domaine des recherches sur les productions forestières :

Des acquis importants ont été obtenus dans la connaissance des espèces forestières les plus performantes pour les opérations de reboisement dans les différentes zones agro-écologiques du pays. Par ailleurs, sur la gestion des terres, les principaux résultats sont la réhabilitation des terres dégradées par la salinisation et l’érosion hydrique et éolienne par des méthodes mécaniques, agronomiques et biologiques et/ou leur combinaison. Une réduction de 20% des phénomènes d’érosion hydrique a été notée au niveau des zones protégées. Les technologies développées dans l’agrobiodiversité consistent à la mise en place de bandes boisées d’espèces halophiles dans les zones de bordures de tannes marquées par de fortes teneurs en sel, l’installation de diguettes et haies vives isohypses d’espèces halotolérantes en association avec les cultures céréalières dans les tannes herbeuses et arbustives. Ces technologies, combinées aux travaux réalisés dans les recherches en micro-biologie végétale, ont permis de récupérer d’importantes étendues de terres dans les régions du bassin arachidier affectées par la remontée de la langue salée.
Les itinéraires techniques de production de plants sont maîtrisés de la pépinière à l’installation dans les différentes zones écologiques (types de semis, période de semis, nature des substrats, mode de conduite, lutte phytosanitaire…). Les techniques de plantation et de gestion sylvicole des peuplements sont aussi maîtrisées (préparation du sol, période et densités de plantation, âge d’exploitation et production ligneuse).
La recherche forestière a pu également améliorer le matériel végétal de plusieurs espèces en raccourcissant leur cycle de production (Adansonia digitata, Ziziphus mauritiana, Detarium senegalense…) et faciliter ainsi la domestication des fruitiers forestiers. Ces résultats sont transférés aux utilisateurs dont les Eaux et Forêts, les organisations des producteurs et autres ONG notamment sur les techniques de greffage horticole.
Dans les techniques de régénération naturelle (RNA) assistée, les densités minimales de plusieurs espèces sont connues. Elles varient de 25 à 400 pieds à l’hectare en fonction des espèces ligneuses et de leur état phénologique.

X