Productions végétales

Dans le domaine des recherches en productions végétales :

Les recherches ont permis de maîtriser la multiplication in vitro et d’améliorer sensiblement la productivité de spéculations à haute valeur ajoutée, mais aussi à forte valeur nutritive dont le manioc, la patate douce dont celle à chair oranger recommandée pour la supplémentation des nourrissons et femmes enceintes, l’ananas (variété Cayenne Lisse) et la banane (variétés Grande naine, Robusta, Williams et Poyo). De même, les travaux sur la fertilité des sols, problème épineux pour l’agriculture sénégalaise ont donné des résultats satisfaisants, aboutissant à la mise au point d’un kit de diagnostic de la fertilité. La mise à jour des doses d’engrais est assez avancée pour une très grande partie des zones agro-écologiques du pays.

La recherche variétale tenant compte des contraintes biotiques et abiotiques est également riche de plusieurs résultats diffusables. De nombreux cultivars de maïs, de mil, de sorgho bio fortifié, de fonio, de riz NERICA de plateau et de bas-fond, de légumes (tomate, oignon, patate douce, haricot vert) adaptés à la Vallée du Fleuve Sénégal sont disponibles et accessibles. D’importantes avancées sont  notées dans la mise au point de nouvelles variétés de sorgho (Darou, Faourou, Nguinthe, Nganda, Gologé et Payenne), de niébé (Pakau, Lisard, Léona, Thieye, Kelle et Sam) et d’arachide (Essamaye, Amoul morom, Yakaar, Taaru, Rafet Kaar, Tosset, Sunu gaal et Jambaar). La plupart de ces variétés ayant un cycle adapté aux conditions climatiques actuelles et une résistance aux nuisibles ont déjà fait l’objet d’homologation. Pour chacune de ces cultures, des itinéraires techniques et des calendriers culturaux sont bien définis pour accompagner les utilisateurs, ainsi que de nombreuses séances de formation au bénéfice des producteurs.

La liste des insectes (nuisibles ou utiles) dans les principaux agrosystèmes est mise à jour, une technique de lutte contre la chenille mineuse de l’épi du mil (Heliocheilus albipunctella) est mise au point et deux nouvelles méthodes de lutte contre Striga hermonthica ont été transférées en milieu paysan ; ceci a fortement contribué à la réduction des dégâts et à l’amélioration des rendements sur le mil en particulier et les céréales sèches en général.

X